Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Association ADAPEI de l'Essonne "Le travail c'est important", un projet du foyer de jour de la Résidence Soleil à Massy, France
Pour aller plus loin
Association ADAPEI de l'Essonne
  • 13 rue Appert 91300 Massy France
  • 01.69.20.73.70
  • adapeirs@nullorange.fr
  • flouret
  • adapeirs@nullwanadoo.fr
  • Résidence Soleil (Etablissement)


"Le travail c'est important", un projet du foyer de jour de la Résidence Soleil à Massy, France

  • Travail et activité : Travail adapté
  • Europe : France
  • Fiche d'expérience

Par flouret le 06/08/2010

La résidence Soleil est un établissement géré par l'association l'ADAPEI de l'Essonne (association de loi 1901 à but non lucratif).


Le contexte


La résidence Soleil est un établissement géré par l’association l’ADAPEI de l’Essonne (association de loi 1901 à but non lucratif).


L’établissement est agrée pour accueillir 32 hommes et femmes, adultes en situation de handicap mental, à partir de 18 ans.


Les prises en charge dans la structure se déclinent en 2 services distincts :


- un foyer d’hébergement accueillant quinze personnes, pour la plupart reconnues « travailleurs handicapés », bénéficiant habituellement d’une activité rémunérée, à l’extérieur de l’Etablissement.


- un foyer de jour dans lequel je travaille et qui accueille en externat dix huit personnes adultes, hommes et femmes âgés de plus de 18 ans en situation de Handicap mental et n’étant pas inscrit dans une activité productive.


L’établissement est situé dans le centre ville du vieux Massy à proximité des commerces et infrastructures telles que : la médiathèque, la piscine, les transports en commun…
Une partie des usagers se déplacent seuls en utilisant les réseaux de transport en commun notamment pour se rendre au foyer de jour.


J’interviens au sein du service du foyer de jour de la Résidence Soleil en tant qu’éducateur ; je suis chargé, au même titre que mes collègues, de travailler avec les résidents sous différentes formes d’intervention : je mets en place des activités de groupes en lien avec le projet individualisé de chacun, et je travaille en collaboration avec les familles. J’interviens également lors des différentes réunions du service.


L’expérience décrite ci-dessous se situe dans le cadre des activités éducatives mises en place dans l’établissement en lien avec des points à travailler avec les projets individualisés de chacun des usagers accueillis.

 



Finalité de l’expérience vécue

 


Cette activité a débuté le 8 octobre 2007 à partir d’un constat effectué en équipe pluridisciplinaire concernant les stages individuels de certains usagers en Etablissement et Service d’Aide par le Travail (ESAT).


Cette activité a été mise en place dans le but de permettre à la fois une intégration sociale et la découverte du monde du travail dans un ESAT. Elle permet également d’adapter le comportement de la personne au milieu social et professionnel.


Le résident peut être reconnu comme travailleur et être responsabilisé pour effectuer les tâches. Cela peut amener vers un changement de statut et de reconnaissance « de l’autre » comportement plus mâture, d’émancipation d’adulte.


Parfois ce changement est difficile à accepter par la personne concernée qui peut trouver plus de satisfaction à rester dans une situation identique (activités ludiques) qu’elle connaît et générant moins d’angoisse que peuvent causer le changement en restant dans une sécurité et un confort relatif.


Possibilité de proposer un contexte différent aux personnes en favorisant « la découverte d’un mode de travail (l’esat)» et favoriser la compréhension des enjeux en terme d’indépendance et de changement de statut « se sentir plus adulte avec le regard des autres qui peut aussi évoluer » gagner un salaire par un travail, certains travailleurs peuvent acquérir un logement plus indépendant notamment envers la famille.


Il est important de savoir que les résidents accueillis à la résidence en journée sont externes et habitent avec leurs parents.


Certains ont le désir de se détacher un peu de leur famille et envie de vivre ailleurs qu’au sein du domicile familial mais en raison de leurs difficultés et vécus en commun, cela est difficile à se dessiner. Ils peuvent avoir des discours totalement inverses et parfois un intérêt personnel à maintenir une dépendance affective à la famille qui peut leur apporter confort et sécurité contrairement à des expériences nouvelles génératrices de stress parfois intense et qui peuvent inhiber la personne.


Il y a en fonction des projets personnalisés pour un certains nombres de personnes des découvertes d’établissement en internat avec des mises en situation par des stages individuels.



Déroulement de l’activité


Cette activité concernait cinq personnes à son début (quatre hommes et une femme) ensuite une personne supplémentaire à intégré cette activité (une femme) après avoir participé pendant un mois sur une place d’un stagiaire participant à un stage en foyer d’hébergement.
Certaines personnes participant à cette activité ont été inscrites en lien avec leur projet individualisé (stage individuel en Esat déjà effectué avec bilan mitigés comportement manquant de maturité, difficultés à se confronter seul à un nouvel environnement…)



Les personnes se rendent dans l’atelier de sous-traitance où, avant leur arrivée, les moniteurs de l’atelier ont déjà pensé et aménagé un espace de travail pour le groupe.

A l’arrivée du groupe, des échanges entre l’éducateur, le moniteur d’atelier, le groupe ont lieu. Ils portent sur la pertinence de ce qui est proposé, sur la capacité pour les participants à effectuer certaines tâches dans la réalisation du travail demandé et sur la capacité de l’éducateur à trouver un fonctionnement satisfaisant pour le groupe.


Il est constaté chez les stagiaires des difficultés à une réalisation complète du travail à produire par manque de compréhension ou de gestes précis difficiles à acquérir. Au sein de ce groupe, il est nécessaire de proposer un travail spécifique à chacun pour permettre l’exécution des gestes nécessaires à la réalisation d’une phase de travail.

 
On propose également des phases de progression. On a proposé par exemple à un stagiaire de travailler de façon plus indépendante à l’écart du groupe. L’objectif est de favoriser un recentrage sur lui-même et de lui permettre de quitter une position de confort et de dépendance affective qui le contentait. On l’amène ainsi à développer ses potentialités en vue d’un stage individuel.


A un autre stagiaire ayant de bonnes capacités de travail, nous souhaitons lui proposer une autre évolution: lui proposer une découverte de l’atelier blanchisserie au sein de l’ESAT sur quelques séances.

Après une phase d’observation, cela lui permet d’évoluer au plus près des conditions d’un stage individualisé. La personne pourra se trouver dans l’atelier sans la présence du groupe mais pourra le retrouver sur d’autres temps comme les repas et les pauses.


Cela permet d’éventuellement envisager un stage individuel dans une autre structure et de favoriser un projet pré professionnel. Pour certains résidents, il est visé un maintien des acquis réalisés (comportement, responsabilisation et socialisation).


Un fait important consiste à s’adapter à l’environnement au sein de l’ESAT sans troubler la quiétude des travailleurs. Cependant, j’ai pu observer rapidement que les membres du groupe ont pu ajuster au mieux leurs attitudes face à l’ambiance de l’ESAT en se montrant moins bruyant, en ayant des comportements plus en retenue, plus adaptés aux situations rencontrées.
Il est flagrant de constater que les personnes se montrent plus calme « s’ajustant » aux attitudes des autres travailleurs avec « un flot de paroles moins envahissantes et d’un niveau sonore plus bas » (adaptation à l’ambiance plus sérieuse d’un milieu de travail)


Lors des retours à la résidence Soleil, j’observe que certaines personnes ont souvent un besoin de « décharger » à nouveau le trop plein de concentration en ayant des attitudes ou ils peuvent à nouveau se montrer plus bruyants avec un langage plus familier (habituel)
Ils peuvent parfois aussi se montrer fatigués par les efforts consenties (se tenir à un poste de travail, s’efforcer de comprendre ce qui est demandé, exécuter les gestes nécessaires en essayant de se concentrer…


Il est important de noter que les temps de pause et le moment du repas à la cafétéria sont essentiels. En effet à ce moment chacun choisit avec qui il partage leur espace de convivialité (travailleur, stagiaire).




Les moyens

 

Le transport s’effectue par le véhicule de la Résidence et dure 20 minutes.


Au début de l’activité l’encadrement de l’activité et du transport était effectué par un éducateur et une apprentie éducatrice. Cela permettait de proposer un encadrement par deux personnes qui pouvaient diviser le groupe et ainsi se détacher avec plusieurs personnes.


En 2009 un seul éducateur accompagne le groupe. Cela est donc moins facile notamment au niveau des observations et des mises en situation ou il faut adapter et orienter les « taches de chacun avec une qualité du résultat nécessaire à rendre pour le client. Il faut savoir que le personnel de l’atelier ne peut contrôler régulièrement le travail fait par chacun Il en va donc de la responsabilité de l’encadrant dans la qualité du résultat.


Il ne peut alors proposer qu’un nombre plus restreints de différentes tâches pour chacun qu’il ne pourrait alors pas tjrs observer dans la finalité du résultat à rendre (sachant que les capacités et difficultés varient d’un individu à l’autre. Pour le retour à 13H 30 c’est la chef de service qui s’en occupe.




Evaluation


Les grands points du projet du travail en ESAT sont les mêmes pour toutes les personnes en situation de handicap. Les différentes phases d’évaluation ont montré qu’elles avaient du sens pour chacun. En effet, les résidents peuvent ajuster et développer leurs rapports aux autres, leurs comportements et la communication dans les différents lieux au sein de l’ESAT.
On constate une intégration positive de chacun.


Dans cette activité, l’unique sens du travail à fournir n’est pas l’essentiel. L’évolution de chacun dans les différents espaces de l’ESAT permet d’enrichir les expériences de mise en situation de travail et relationnelle de chacun.


Les temps hors de l’atelier de sous-traitance favorisent les échanges et les vécus personnels (choisir avec qui on mange pendant les repas, avec qui on prend un café…) ce qui permet à chacun de tisser des liens et de partager des moments conviviaux avec les personnes.


La responsabilisation de chacun est travaillée, notamment les résidents doivent arrivent à l’heure à la résidence soleil pour partir à l’ESAT et chacun a la possibilité d’avoir un peu d’argent sur lui pour l’utiliser si besoin (machine à café), il doit gérer ce qu’il en fait.


Enfin cela entraîne une réelle valorisation du stagiaire au sein de la résidence, vis-à-vis de l’équipe et des autres personnes accueillies.


Nous sommes dans le questionnement en équipe pluridisciplinaire de faire évoluer les personnes en stage au sein de l’ESAT.


Le travail que j’ai effectué favorise le développement de nouvelles pratiques professionnelles au sein de la Résidence Soleil, notamment à travers la réflexion de l’emploi des personnes en situation de handicap.
 

Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 5 + 5 = ?
Votre réponse: