Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Institut Bon Pasteur a.s.b.l. Bar à soupes - atelier cuisine de l'Institut du Bon Pasteur
Pour aller plus loin
Institut Bon Pasteur a.s.b.l.
  • Rue d'Hoyaux 6 7602 Bury Belgique
  • +32 69 77 51 02
  • responsable.pedagogique@nullbonpasteur.be
  • Vanwynsberghe Amİlie
  • amelievanw@nullhotmail.fr


Bar à soupes - atelier cuisine de l'Institut du Bon Pasteur

  • Santé : Handicap mental
  • Europe : Belgique
  • Fiche d'expérience

Par Vanwynsberghe Amİlie le 06/06/2012

Création du "bar à soupes", découverte des saveurs de saison, des gestes culinaires simples et convivialité autour de la dégustation du potage quotidien...
1. Le contexte

          L’institut Bon Pasteur se compose de 126 personnes, hommes et femmes ayant 20 ans au minimum et dont le diagnostic révèle des déficiences mentales et parfois des troubles associés de type problématique physique, trouble du développement ou du comportement, problème de santé mentale.

          Le bar à soupe a été créé suite à une réflexion globale de l’observatoire de la santé selon laquelle les résidents ne mangeaient pas assez de légumes. L’idée nous est venue de combler ce manque en apprenant aux résidents à découvrir et apprécier les légumes tout en réalisant la soupe et en la dégustant de façon conviviale (en invitant les autres résidents).
 
 
2. La finalité du bar à soupes

          Les différentes étapes de la réalisation d’une soupe sont accessibles à un très grand nombre de personnes handicapées car chacune a sa spécificité et ses attraits (épluchage, découpage, lavage, cuisson, tri des déchets…).

De même, le fait que tous les résidents et éducateurs de l’institution viennent boire la soupe met en valeur le travail réalisé par les résidents et représente un vrai moment de partage et convivialité.


3. Mise en oeuvre du projet

          La mise en œuvre de ce projet est facile étant donné que la réalisation d’une soupe ne demande pas de prérequis spécifique : tous les résidents qui ont demandé à faire partie du projet ont donc pu y adhérer.

Au niveau spatial nous avons adapté la pièce en différents espaces de travail : une grande table de découpe et épluchage des légumes, un espace vaisselle et rangement et un espace « de sécurité » où le suivi éducatif est renforcé, pour les résidents pour qui le maniement des ustensiles est plus délicat, voire dangereux.

Les menus sont choisis une semaine avant le jour de réalisation de la soupe (car au préalable il faut faire les courses sur base d’une liste de légumes, adaptée en pictogrammes). Ce sont les résidents qui, lorsqu’ils ont envie d’une soupe, choisissent le menu, par le biais de nombreux livres et fiches de cuisine. Une seule obligation : tenir compte des régimes alimentaires des résidents (diabétiques, hypocaloriques, allergies diverses…).

          Nous réalisons une soupe tous les matins du lundi au vendredi, entre 9h et 12h (car le service et la vaisselle sont inclus dans l’activité). En général les groupes plus « lents » préparent les légumes la veille et les mettent sous vide pour les cuire le lendemain et faire en sorte que la soupe soit prête à 11h.
 

4. Moyens nécessaires

          La réalisation d’une soupe pour environ 150 personnes demande une certaine infrastructure et un certain nombre de moyens.
En effet, au niveau des règles d’hygiène il faut porter une charlotte sur les cheveux et des gants. De même la cuisine doit être adaptée aux normes de sécurité et d’hygiène.
Ensuite une batterie de cuisine adaptée est indispensable : des livres de cuisine pour permettre une grande diversité de recettes, de grandes marmites, une sous videuse pour conserver les aliments épluchés et/ou découpés, des ustensiles de cuisine adaptés (par exemple économes, bassines à légumes et à déchets, couteaux à légumes, grand mixer…) etc.
Enfin, il faut prévoir un temps dans la semaine pour effectuer les courses avec les résidents : leur permettre de choisir les aliments dans les rayons sur base d’une liste écrite ou adaptée en pictogrammes (en fonction de leurs capacités).

5. Evaluation

Résultat :
          Le bar à soupe est un atelier apprécié de tous. En effet, à partir de 11h environ, les résidents viennent par groupes d’atelier, quand ils le désirent et en fonction de leur organisation, prendre la soupe dans l’atelier cuisine.
C’est un moyen pour les résidents de se retrouver et de faire une pause.

          Nous avons rencontré certaines difficultés au début lorsqu’on ne connaissait pas les capacités des résidents. Il a donc fallu commencer par des recettes simples et les élaborer petit à petit (soupes de poissons, crustacés, lardons etc…) et leur apprendre à maîtriser les ustensiles sans se blesser et à affronter leur peur du fourneau. Enfin, il a fallu organiser l’activité en une chaîne de production : certains épluchent, d’autres découpent ou lavent les légumes, d’autres encore s’organisent au fourneau (faire revenir le beurre, compter les cubes de bouillon…), d’autres enfin servent la soupe et/ou font la vaisselle.

          Au fur et à mesure du temps nous pouvons investir d’autres domaines d’activité : apprendre les techniques de base de la cuisine, la présentation, le découpage plus fin, l’envie de découvrir d’autres saveurs et aliments, le désir de faire plaisir aux autres…
Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 50 - 30 = ?
Votre réponse: