Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Association des Parents et Amis des Personnes Encéphalopathes (APAPE) Les Droits relatifs aux Personnes Handicapées au Togo
Pour aller plus loin
Association des Parents et Amis des Personnes Encéphalopathes (APAPE)
  • 124, Bd du 30 Août-Soviépé Lomé 81339 Lomé Togo
  • Cel : +228.90 19.23.51/52 ou Tél. :+228 22 35.67.76
  • apape97@nullyahoo.fr
  • APAPE
  • apape97@nullyahoo.fr
  • Association of Relatives and friends of those encephalopathy (AAPP) from Togo (Establishment)


Les Droits relatifs aux Personnes Handicapées au Togo

  • Vie sociale et quotidienne : Protection juridique
  • Afrique : Togo
  • Fiche d'expérience

Par APAPE le 03/08/2010

Le Togo à l'instar de la plupart des pays de l'Afrique de l'Ouest s'est engagé dès son accession à l'indépendance dans un processus de développement visant à garantir les droits à l'ensemble de la pop

Le Togo à l’instar de la plupart des pays de l’Afrique de l’Ouest s’est engagé dès son accession à l’indépendance dans un processus de développement visant à garantir les droits à l’ensemble de la population.

C’est ainsi qu’il a ratifié la plupart des plus importants instruments relatifs aux Droits de l’Homme à savoir : la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale (en 1972); la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (en 1983); le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (en 1984); le Protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits civils et politiques (en 1988); la Convention relative aux droits de l'enfant (en 1990); le Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant, concernant la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants (en 2004) ; le Protocole facultatif se rapportant à la Convention relative aux droits de l'enfant, concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés (en 2004), etc.

Parmi cette pléiade de documents relatifs aux Droits de l’Homme ratifié par l’Etat Togolais, aucun ne prend en compte les Droits relatifs aux Personnes Handicapées, malgré cette volonté de l’Etat qui a pris un certain nombre d’initiatives comme:


- la création au sein du Ministère des Affaires Sociales et de la Promotion de la Femme d’une unité chargée des Personnes Handicapées,


- la mise sur pied de centres d’appui, l’adoption en 2004 d’une loi relative à la protection sociale des personnes handicapées et qui à ce jour manque de textes d’application, ce qui fait que cette couche vulnérable de la société est toujours marginalisée et privée de ses Droits,


- la signature par le Togo le 23 septembre 2008 de la convention relative aux droits des personnes handicapées.

Parmi cette frange de la population marginalisée que constituent les personnes handicapées, se trouvent, des enfants, des femmes et des hommes de toutes origines, souvent décriées dans leur dignité et souffrant de discrimination, d’obstacles multiples pour l'accès à l'emploi, à l'éducation, à la culture, aux sports et aux loisirs, etc. et vivant pour la plus grande majorité dans des conditions d’incertitude ignorant ainsi leurs droits. Il arrive même que des personnes handicapées ayant accompli des études soient exclues de certains domaines professionnels. Outre, les difficultés éprouvantes qu’ils endurent de part le contexte socioéconomique défavorable, le poids de certaines considérations traditionnelles, etc., la méconnaissance de leurs droits et les déficits de protection de ceux-ci les privent de la capacité d’agir et les placent souvent dans une situation d’exclusion et de détresse encore plus profonde.

Les enquêtes sociologiques menées par l’Association des Parents et Amis des Personnes Encéphalopathes (APAPE) dans la Préfecture du Golfe, de l’Avé, d’Agou, de Zio et de Haho ont révélé des problèmes spécifiques liés à la méconnaissance et au non respect des Droits relatifs aux Personnes Handicapées dans ces zones :


• Les personnes handicapées connaissant peu leurs droits à participer à la vie de leurs communautés ;
• Le manque ou l’insuffisance d’informations sur les droits des personnes handicapées au niveau des établissements scolaires, des centres de formations professionnelles et des centres spécialisés ;


• Le manque d’informations sur les droits des personnes handicapées au niveau des ateliers d’apprentissage (apprentis, maîtres et maîtresses d’ateliers) ;


• Le manque de formations et d’éducation sur les droits des personnes handicapées au niveau des différents mouvements syndicaux des corps de métiers (coiffure, couture, mécanique, artisanat, chauffeurs, etc.) ;


• Le manque d’informations et d’instruments relatifs aux droits des personnes handicapées au niveau des autorités locales, administratives, traditionnelles, politiques et religieuses ;


• Le manque de formations et d’éducation des enseignants des établissements scolaires et des centres spécialisés dans le domaine des Droits des personnes handicapées ;


• Le manque de formations et d’éducation des hommes de média sur les droits des personnes handicapées ;


• Le manque de confection et de diffusion de message clés et d’images sur les Droits des personnes handicapées à travers les médias (télévision, radio, presse) ;


• La faible diffusion des principes des Droits relatifs aux personnes handicapées à travers les médias ;


• Le manque d’informations et d’éducation sur les droits des personnes handicapées à avoir accès à la santé, à l’emploi, à la justice etc. ;

 
• Le manque de formations spécifiques qui doivent être faites aux personnels concourant à l’administration de la justice, y compris les personnels de police, de la gendarmerie et les personnels pénitentiaires ;


• Le manque d’informations, de formations et d’éducation des membres des différents Bureaux Exécutifs des Comités Villageois de Développement (CVD) qui ne tiennent pas compte des personnes handicapées dans les plans de développement de leurs localités ;


• Le manque de diffusion des textes relatifs aux droits des personnes handicapées surtout la Convention des Nations unies relative aux Droits des Personnes Handicapées.

 

Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 10 + 4 = ?
Votre réponse: