Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Association Pas à Pas Pour un accompagnement médico-social avec le cheval, Association Pas à Pas, Handi cheval, Ile de France.
Pour aller plus loin
Association Pas à Pas
  • Centre équestre des Bréviaires, Domaine de la Mare 78610 LES BREVIAlRES France
  • 06.17.25.98.77
  • Anne-Sophie Mathieu
  • asso.pasapas@nullgmail.com


Pour un accompagnement médico-social avec le cheval, Association Pas à Pas, Handi cheval, Ile de France.

  • Vie sociale et quotidienne : Loisirs
  • Europe : France
  • Fiche d'expérience

Par Anne-Sophie Mathieu le 29/04/2011

Notre association propose un accompagnement médico-social avec le cheval, aux personnes en situation de handicap et/ou en souffrance, non loin de Rambouillet (78).

 

Notre association propose un accompagnement médico-social avec le cheval, aux personnes en situation de handicap et/ou en souffrance, non loin de Rambouillet (78). Nous souhaitons créer un centre accueillant des personnes en situation de handicap et des personnes valides, permettant les rencontres avec, comme vecteur commun le cheval, pour faire fonctionner la mixité et vivre l’intégration.




1. Le contexte

 


Notre association se situe dans  le village des Bréviaires, dans les Yvelines (78). Nous sommes accueillis dans un centre équestre qui héberge nos 3 poneys et qui nous prête un manège pour notre activité.

 

Notre association propose une rencontre et un accompagnement médico-social avec le cheval, pour les personnes en situation de handicap et pour les personnes en souffrance en général.

 

Nous recevons des personnes qui portent tous types de handicap : moteur, mental, psychique, sensoriel, polyhandicap, handicap social. Nous accueillons des enfants (les plus jeunes ont actuellement 3 ans) et des adultes (le plus âgé a actuellement 55 ans mais ce n’est pas limitatif). Il est difficile de donner une moyenne d’âge. Nous recevons en moyenne 25 personnes par semaine.

 

Notre association propose des activités à visée thérapeutique ou éducative, dans la rencontre avec le cheval. Nous travaillons surtout sur la relation, la communication, l’expression des émotions.

 

 

 




2. La finalité de l’expérience vécue

 



L’idée était de favoriser l’accès au plus grand nombre, en situation de handicap, à une activité avec le cheval qui puisse les aider dans leur vie quotidienne et contribuer à leur épanouissement.

 

L’attente des personnes handicapées et de leur entourage était de bénéficier d’une activité avec une personne formée de manière spécifique, afin d’évoluer en toute sécurité. D’autre part, la demande était aussi d’aider les personnes à être mieux dans leur vie au quotidien, tant au niveau physique que psychique.

 

Notre objectif était donc de créer un véritable centre accueillant des personnes en situation de handicap et des personnes valides, permettant les rencontres avec le partenariat d’un vecteur commun, le cheval, pour faire fonctionner la mixité et vivre l’intégration.

 

Il existait bien entendu des craintes concernant les moyens, notamment financiers. L’un des freins à notre activité a toujours été celui d’obtenir des subventions aidant au fonctionnement, et de trouver des installations où nous puissions développer sereinement notre activité.

 

3. La mise en œuvre

 

Nous réalisons d’abord une rencontre préalable (que ce soit avec le particulier ou l’établissement spécialisé demandeur) avec analyse de la problématique et de la demande, étude de faisabilité du projet (y a-t-il des contre indications, des précautions à prendre ? la demande est-elle en adéquation avec l’action que nous pouvons mettre en place ?), puis visite de l’environnement où se déroulent les ateliers, présentation des poneys.

 

Nous travaillons toujours sur le choix et le désir en termes d’animal partenaire et d’activité. Nos actions peuvent se dérouler soit en individuel, soit en groupe. Notre outil principal de travail est le concept de cheval miroir (voir : Le cheval, miroir de nos émotions, Isabelle CLAUDE, ed Camais)

 

         



4. Les moyens

 

  • Au plan humain :  J’ai démarré l’activité seule, puis avec des stagiaires, des bénévoles. Nous sommes aidés par la boutique de gestion Athéna dans le cadre d’un Dispositif Local d’Accompagnement. Il y a eu besoin d’une formation spécifique, que j’avais à priori (ma formation Handi cheval). Je forme les bénévoles sur le terrain, car nous n’avons pas les moyens financiers de leur payer une formation. Nous avons besoin de professionnaliser davantage notre activité au quotidien, et avons le projet d’embaucher un salarié dans le cadre d’un Contrat d’Accompagnement à l’Emploi.

 

  • Au plan financier : Le Conseil Général des Yvelines et le Lions Club des Essarts Le Roi nous ont aidé pour le financement d’un appareil de levage spécialisé : l’Equilève.

 

  • Au plan technique et matériel : Un bon guide des associations pour créer les statuts, le bouche à oreille ainsi que le soutien de la Fédération Nationale Handi Cheval pour nous faire connaître, mon poney personnel pour démarrer, et l’apprentissage au jour le jour des démarches administratives à réaliser. 3 ans après la création de l’association, don par une personne sympathisante de la création de notre site internet.

 

 

 

5. Evaluation

 


Nos objectifs n’ont pas tout à fait été atteints, puisque nous n’avons pas encore nos installations définitives. De là découlera l’évolution de l’activité pour travailler le « vivre ensemble » entre personnes en situation de handicap et personnes valides.

 

Les bénéficiaires ont le plaisir de rencontrer les chevaux et notre équipe, ce qui leur procure une réelle amélioration de leur confort psychologique et physique.

 

L’entourage éprouve la satisfaction d’être entendu dans sa demande, dans une activité où la relation est la priorité.

 

Enfin, nos propres satisfactions consistent en ces temps de rencontre partagés avec les chevaux et le public, en l’amélioration des comportements et du plaisir ressenti au fil de l’accompagnement.

 

Les évolutions souhaitables tiennent à l’agrandissement de notre équipe de professionnels.

 

La principale difficulté que nous avons rencontrée et qui est toujours d’actualité est celle de pouvoir mettre en œuvre notre action avec un budget de fonctionnement important (entretien des chevaux, salaires) tout en restant accessible au plus grand nombre. Cela implique un bénévolat important, avec l’incertitude du lendemain.

D’autre part, nous sommes partis du projet d’une personne, avec ses moyens personnels et de manière empirique, découvrant au fur et à mesure les difficultés.

 

Il est essentiel de penser le projet, réfléchir à sa méthodologie de mise en œuvre avant la mise en place. Il faut également connaître les bons interlocuteurs, avoir des outils pour présenter le projet (dossier de présentation par exemple).

 

Notre activité est reproductible à condition d’avoir une méthodologie adaptée, prévisionnelle, de bien étudier le terrain et les besoins et de connaître les bons interlocuteurs.

 

Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 5 + 5 = ?
Votre réponse: