Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil CONGO HANDICAP Recensement et prise en charge scolaire et médicale de femmes et d’enfants ayant un handicap mental au Sud Kivu en République Démocratique du Congo.
Pour aller plus loin
CONGO HANDICAP
  • BAGIRA/BUKAVU/RDC 434 BUKAVU Congo démocratique - RDC
  • 00243 994 111 471
  • fchkapelz@nullyahoo.fr
  • lusumba
  • fchkapelz@nullyahoo.fr
  • CONGO HANDICAP


Recensement et prise en charge scolaire et médicale de femmes et d’enfants ayant un handicap mental au Sud Kivu en République Démocratique du Congo.

  • Inclusion : Accessibilité
  • Afrique : Congo démocratique - RDC
  • Fiche d'expérience

Par lusumba le 31/05/2013

Congo Handicap est une coordination d’associations œuvrant dans le handicap mental, moteur et sensoriel dans la province du Sud Kivu. Pour assurer l'inclusion des enfants handicapés, et soutenir les enseignants et les animateurs, nous menons des actions d'identification de prise en charge et de sensibilisation.

 

 

1. Contexte

Congo Handicap est une coordination d’associations congolaises œuvrant dans les domaines du handicap mental, moteur et sensoriel dans la province du Sud Kivu. Elle regroupe actuellement 10 associations de personnes handicapées dont 4 travaillent dans le secteur du handicap mental (trisomie 21, épilepsie, IMC). Ce projet est également appuyé par la mission des Nations Unies pour la stabilisation de la RDC (MONUSCO) et par le Gouvernement provincial.

Notre association se situe à Bagira/Bukavu, dans le Sud Kivu, où nous possédons un centre d’animation permettant la sensibilisation sur les violences sexuelles faites aux femmes handicapées mentales et le recensement de nouvelles personnes concernées.

Notre action concerne les publics suivants : près de 300 enfants porteurs de la trisomie, 500 épileptiques et 1000 porteurs d’IMC (Infirmité Motrice Cérébrale) - dont l’âge varie entre 0-18ans - sont identifiés chaque année par les membres de Congo Handicap.

 

2. Objectifs : réintégration sociale et autonomisation.

Notre objectif est de s’assurer que les programmes d’éducation incluent les enfants handicapés, en assurant un soutien aux enseignants et aux animateurs et en leur indiquant les moyens permettant d’inclure les enfants handicapés dans leurs activités.

Notre objectif final est d’améliorer l’intégration des personnes ayant un handicap aux activités de développement social notamment dans les domaines de la santé, de l’éducation, des moyens de subsistance et de l’autonomisation de ces personnes dans la communauté.

La réinsertion sociale aura pour effet de réduire leur dépendance et par ricochet de réduire la pauvreté.

3. La mise en œuvre : identification, pris en charge et sensibilisation.

Nous sommes dans une phase d’identification des personnes ayant un handicap mental dans notre région. Pour permettre ces identifications, Congo Handicap travaille en collaboration avec les églises, les centres de santé et les écoles. Une fois les personnes repérées, les familles sont redirigées vers le centre pour des analyses plus poussées. Le centre de santé nous permet également d’identifier les types d’IMC. Une fois le diagnostic établit, les membres du centre enregistrent cette personne.
Congo Handicap guide alors les familles, les conseille, les oriente et les sensibilise au handicap dans le but de les aider dans l’accompagnement de leurs enfants.

Nous assurons ensuite un soutien à différents niveaux. Nous avons commencé en juin 2012, initialement pour 12 mois, auprès de femmes et d’enfants. Notre organisation assure la prise en charge scolaire d’une vingtaine d’enfants épileptiques et trisomiques dans différentes écoles primaires.
Nous prévoyons également une prise en charge médicale des enfants et des femmes épileptiques au centre de santé Beroya Bagira.
Nous proposons enfin des campagnes de sensibilisation et organisons des animations sur la thématique du handicap afin de sensibiliser la population et de recenser les nouveaux cas d’IMC. Les personnes ayant un handicap participent à la sensibilisation, aux choix des relais communautaires, aux formations, à l’encadrement social des personnes ayant un handicap et au suivi des activités.

4. Les moyens

Dans notre Bureau nous sommes 8 personnes : un coordinateur, un chargé de la santé mentale, un psychologue clinicien, un comptable, un président, trois animateurs et un chargé de l’éducation inclusive. Congo handicap travaille également avec des pédagogues, des infirmiers, des médecins, et un psychologue.
Notre personnel  bénéficie de formations sur la réadaptation, la marginalisation, l’inclusion sociale, les violences sexuelles et l’accompagnement psychosocial sur le traumatisme. Concernant directement le handicap mental, nous ne bénéficions que d’une formation sur les IMC. C’est la raison pour la quelle nous souhaiterions organiser des sessions spéciales sur le handicap mental lors des prochaines formations.

Financièrement, nous recevons de petites subventions de l’Etat et des partenaires locaux, ainsi qu’une cotisation des membres. Le gouvernement vient également d’octroyer à notre organisation un grand terrain de 2500m² pour la construction d’un centre de jour d’accompagnement et d’orientation des enfants ayant un handicap mental. Malheureusement ce projet n’a pas encore trouvé le partenaire pour sa mise en place.
Congo Handicap possède un cadre administratif qui lui permet de mener à bien ses actions sur le terrain. En effet, nous avons installé des antennes relais dans tous les territoires de la province du Sud Kivu afin de faciliter le processus d’identification.

5. Evaluation : un bilan positif qui ne demande qu’à être amélioré.

Nous n’avons encore atteint nos objectifs que partiellement. La vie des personnes ayant un handicap est améliorée et les personnes sont de plus en plus

sensibilisées. Les enfants sont maintenant intégrés dans les écoles traditionnelles mais nous manquons de médicaments pour la prise en charge médicale des enfants épileptiques, de documentation sur la thématique du handicap, de personnels qualifiés et de moyens financier pour la prise en charge de nouvelles personnes.

Grâce à cette action, nous avons constaté que le handicap est un aspect totalement oublié dans plusieurs pays d’Afrique et en RDC en particulier. Les instruments internationaux de la convention internationale des droits des personnes handicapés ne sont pas respectés comme dans les autres pays du monde. Il faut donc une grande mobilisation pour protéger cette catégorie oubliée par la société congolaise. Il faudrait également mettre en place un programme spécifique sur la thématique du handicap mental en Afrique notamment en RDC.

KAPELE Lusumba Luc,Coordinateur national, Congo Handicap

Langue d'origine : Français
toyi
23/06/2014 14:28
Nous vous encourageaons pour ce pe grand projet
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 15 - 5 = ?
Votre réponse: