Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil EPSMS Les Mauriers (Etablissement public social et médico-social) Faciliter l'intégration en milieu ordinaire des travailleurs handicapés par la mise en place d'un dispositif d'insertion, EPSMS Les Mauriers, France.
Pour aller plus loin
EPSMS Les Mauriers (Etablissement public social et médico-social)
  • SAINT QUIHOUET 22940 PLAINTEL France
  • 02 96 32 16 03
  • epsms@nullepsms-lesmauriers.fr
  • Laurence Duros
  • l.duros@nullepsms-lesmauriers.fr


Faciliter l'intégration en milieu ordinaire des travailleurs handicapés par la mise en place d'un dispositif d'insertion, EPSMS Les Mauriers, France.

  • Travail et activité : Intégration en entreprise
  • Europe : France
  • Fiche d'expérience

Par Laurence Duros le 18/02/2011

L'ESAT a pour projet l'accueil et l'accompagnement professionnel des personnes handicapées en leur fournissant un travail adapté à leur handicap.


Contexte

 

L’EPSMS « Les Mauriers » est un Etablissement public social et médico-social, situé à Saint Quihouet, au beau milieu de la campagne bretonne. Au XVIIIème siècle, une famille de nobles, sans enfants, décida de faire donation de son château à une congrégation de sœurs recueillant les orphelins des alentours.

 

Au début des années 1970, la structure s’est transformée en pouponnière, et accueillait également des enfants déficients profonds. Des infirmières prenaient en charge ces enfants handicapés et c’est de cette façon qu’un lien avec le handicap a véritablement commencé. Certains de ces enfants sont encore présents actuellement. Petit à petit, la structure s’est développée et en 1972 a eu lieu l’ouverture d’un CAT. Il s’agissait là d’une toute petite unité, fonctionnant en autarcie. A cette époque, les CAT n’avaient pas de véritable fonction de production, il s’agissait plus d’une fonction occupationnelle.

 

Cet EPSMS est donc un établissement de très grande envergure, étendu sur plusieurs hectares, en pleine campagne et assez isolé. Actuellement, l’EPSMS fait l’objet d’une importante restructuration, s’inscrivant dans une démarche environnementale, de développement durable (basse consommation d’énergie, etc…). Le château est en pleine rénovation.

 

Les locaux de l’EPSMS sont dispatchés un peu partout dans le parc. Deux ateliers de l’ESAT, notamment, sont situés sur une zone d’activités à 2km de celui-ci. Il y a également un SESSAD établi dans le centre ville de Saint Brieuc.

 

L’EPSMS se décline en plusieurs sections :

 

- Un IME,  qui accueille des enfants et adolescents jusqu’à l’âge de 21 ans. Il existe en son sein une Section d’éducation spécialisée (SES) pour les jeunes atteints de troubles autistiques et les autistes profonds. Les jeunes sont hébergés dans le château (25 places).

 

- Un SAVS, qui assure un accompagnement social et un hébergement pour les adultes de l’ESAT ;

 

- Un SATRA pour un public vieillissant (Service d'Accueil et de Travail Adapté): ces personnes sont à mi-temps en atelier et à mi-temps en activités plus ludiques ;

 

- Un SESSAD pour assurer un accompagnement et un suivi parascolaire d’enfants scolarisés ayant des troubles cognitifs.

 

- L’ESAT possède une dizaine d’ateliers différents, dont une cuisine centrale ; une pâtisserie ; un centre équestre ; un atelier conditionnement-reprographie ;une blanchisserie industrielle ;une métallerie industrielle ; un atelier de couture ;et 5 ateliers d’espaces verts.

 

Un dispositif facilitant l’intégration en milieu ordinaire



L’ESAT a pour projet l’accueil et l’accompagnement professionnel des personnes handicapées en leur fournissant un travail adapté à leur handicap. Il est agrémenté pour accueillir les personnes atteintes d’une déficience légère ou moyenne ainsi que celles atteintes d’une maladie psychique. Certaines d’entre elles peuvent avoir un handicap physique. La moyenne d’âge des travailleurs est de 40 ans.

 

L’ESAT, en partenariat avec l’ARESAT, fut l’un des premiers à adhérer au concept et à faire partie de la réflexion sur la reconnaissance de compétences et la validation de niveau des personnes en situation de handicap.

 

Il s’agit ainsi d’accompagner et de répondre aux demandes des usagers qui font le souhait d’aller vers le milieu ordinaire, dans la mesure où cela reste cohérent et possible. Ce dispositif d’insertion a été mis en place suite à la loi de 2005, faisant de l’intégration des personnes handicapées en milieu ordinaire une priorité.

 

Le dispositif d’insertion de l’ESAT prévoit l’intégration en milieu ordinaire, mais également des stages au sein d’autres ateliers.

 

Les stages font partie des Projets personnels individualisés (PPI). Il s’agit, pour la personne handicapée, de découvrir d’autres activités, d’autres modes de fonctionnement. Il est en effet important de toucher un peu à tous les postes, afin d’éviter au travailleur de subir une certaine monotonie des tâches.

 

Des conventions de stages sont donc mises en place, et les personnes peuvent ainsi changer d’ateliers, ce qui leur permet d’acquérir d’autres compétences : des mi-temps ont ainsi été aménagés (15 jours au sein de l’atelier cuisine, 15 jours au sein de l’atelier espaces verts). Les personnes sont réellement mieux dans leur peau. Ce système est également bénéfique de par sa souplesse, car il permet de faciliter le remplacement d’un travailleur malade.

 

Les personnes sont demandeuses et rien n’est entrepris sous la contrainte. L’entourage (parents, tuteurs..) est quant à lui plus réticent. Cela peut s’expliquer par le fait que les places en ESAT sont relativement chères à obtenir. Il y a donc une certaine crainte de devoir à nouveau subir un véritable parcours du combattant pour retrouver une place.

 

Les travailleurs sont suivis par le pôle insertion, qui effectue une veille par rapport à l’entreprise, et garde un lien avec eux pendant 3-4 ans. En cas de problème, les travailleurs peuvent venir à l’ESAT, celui-ci leur est toujours ouvert et des bilans sont régulièrement effectués. Ce lien est très important, même si en général les travailleurs s’intègrent bien dans l’entreprise. Un tuteur, salarié de l’entreprise, assure la fonction d’interlocuteur avec l’ESAT.

 

Les entreprises emploient les travailleurs dans plusieurs domaines : restauration en maison de retraite et écoles, horticulture et espaces verts, agroalimentaire, métiers en lien avec les chevaux, l’élevage, blanchisserie industrielle, métallerie, techniciens de surface.

 

L’ESAT reçoit quant à lui de nombreux stagiaires extérieurs : Un 1er stage de découverte s’effectue sur une période de 15 jours ou 1 mois afin de vérifier si le projet professionnel tient la route. Tout un travail sur l’autonomie et la mobilité est mis en place. Une fois le stage effectué, les personnes sont en période d’essai rémunérée, au terme de laquelle l’embauche se concrétise.

 

Les moyens

 

A l’heure actuelle, l’EPSMS est doté de 123 postes équivalents temps plein. Le personnel bénéficie du statut de la Fonction Publique Hospitalière, et se décline en plusieurs catégories. Tous sont des professionnels du secteur social ou sanitaire : Educateurs spécialisés, éducateurs techniques spécialisés, éducateur sportif, AMP, infirmiers et infirmières, psychiatre, psychologues, pédopsychiatre, personnel administratif et personnel technique, moniteurs d’ateliers et agents de fonctions.

 

Il n’y a pas de bénévoles mais beaucoup de partenariats dans le domaine de l’insertion, avec des entreprises, des réseaux de missions locales, la MDPH.

 

Au plan financier, il n’existe pas d’aides, mais plutôt des dédommagements financiers mis en place pour l’insertion. Les frais du dispositif d’insertion sont pris en charge par le budget formation professionnelle. L’Etat et le Conseil Général participent également au financement.

 

Un pôle insertion efficace

 

L’ESAT est une véritable passerelle entre milieu ordinaire/protégé. C’est le moyen par lequel l’intégration en milieu ordinaire se fera. A l’heure actuelle, le dispositif d’insertion a toute sa place car il répond au PPI de la personne, au cœur de la loi de 2005. L’augmentation des qualifications donne lieu à de plus en plus de validations d’acquis. Cela est le signe des progrès réalisés par les personnes qui sont plus qualifiées et plus professionnelles. On peut par exemple citer l’augmentation des obtentions de permis de conduire, ce dernier permettant clairement de renforcer l’autonomie de la personne. Tout n’est pas rose pour autant, certaines personnes ne parviennent pas à aller jusqu’au bout du parcours, et mettent fin au contrat extérieur pour revenir dans l’ESAT.

 

 

De plus, faire accepter l’existence du pôle insertion se révèle parfois assez difficile. Certains collègues bénéficient d’une bonne équipe, de gens opérationnels à leurs postes, et ont ainsi du mal à concevoir le fait de devoir laisser partir ces bons éléments. Il faut donc réussir à les convaincre que travailler dans un ESAT n’est pas une fin en soi.

 

Parfois les employeurs sont réticents mais avouent être au final très surpris et conquis. Il existe encore beaucoup d’a priori, c’est pourquoi il est nécessaire de rassurer les gens, les mettre en confiance, répéter les choses,…ce qui signifie faire preuve d’une présence quasiment constante. Les formations sur le handicap dans les entreprises devraient faire partie de la formation permanente des salariés, afin d’améliorer leur intégration en milieu ordinaire.

 

 

 

Langue d'origine : Français
Martin
16/04/2017 14:28
Bonjour je suis travailleur en situation de handicap, je travail dans un esat et je réside dans mon appartement, je suis suivis par le savs. Mais suite à divers critères néfastes sur mes handicaps par l'entremises de mes monitrices, collègue, et patron je désirerai trouver un travail en milieu ordinaire et l'association en question me fais reculer et sur mes projets du milieu ordinaire. J'ai bot être épileptique elle est stable sans crise depuis 6mois. Qu'en à l'hypersensibilité il ne fait surface que lorsqu'un collègue monitrice, ou patron me stigmatise ou me renvois une remarque sur un ton agressif et abusé. Donc vu la synthèse d'un esat, le lieu où je travail est-il est esat? Merci
Ps: question : 2 au carré=
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 4 + 4 = ?
Votre réponse: