Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil MèTIS Europe MèTIS Europe, une initiative européenne pour un meilleur accompagnement des personnes avec des troubles du comportement
Pour aller plus loin
MèTIS Europe
  • 94, rue Kelle 1150 Bruxelles Belgique
  • info@nullmetis-europe.eu
  • Luc Fouarge
  • luc.fouarge@nullscarlet.be


MèTIS Europe, une initiative européenne pour un meilleur accompagnement des personnes avec des troubles du comportement

  • Enfance : Apprentissage
  • Europe : Belgique
  • Fiche d'expérience

Par Luc Fouarge le 11/09/2012

MèTIS regroupe les associations nationales qui gèrent dans leurs territoires la question de la prise en charge des enfants et adolescents avec troubles psychologiques

La naissance de MèTIS, des associations nationales à l’ASBL européenne
 
En Belgique, Luc Fouarge est vice-président d’un groupe de direction d’établissements, le groupement des IMP140, établissements qui ont pour vocation d’accueillir des enfants atteints de troubles du comportement, ces troubles sont qualifiés de troubles caractériels. (www.groupementimp140.be)
Ses contacts sur territoire français dans les années 2000 l’ont amené à rencontrer une association sœur qui fait la même chose en France, l’AIRe, qui regroupe les ITEP français, Instituts Thérapeutiques Educatifs et Pédagogiques, relevant du secteur psycho-médico-social, très équivalent à ce qui se fait en Belgique (www.aire-asso.fr).
Les modalités de travail et mise en œuvre sont différentes mais les objectifs sont sensiblement les mêmes. On parle en France de troubles de la conduite et du comportement pour les enfants à qui sont destinés ces services. Les ITEP français constituent une association nationale AIRe en même temps qu’ « IMP140 » mais sans que les deux organisations se connaissent.
En 2000, Luc Fouarge est donc invité par le président de l’AIRe aux journées nationales à Nîmes pour présenter la façon dont « IMP140 » envisage cette question de la prise en charge des Troubles de la Conduite et du Comportement (TCC) sur le territoire belge.
« IMP140 » et AIRe entrent en tant qu’invités permanent dans les Conseils d’Administration respectifs  et travaillent ensemble très régulièrement.
En 2005, le groupe belge organise les journées nationales françaises à Bruxelles, avec un comité de pilotage franco-belge sous le haut-patronage de Jacques Chirac, pendant 3-4 jours. Des orateurs Italiens et Luxembourgeois sont invités et les bases d’une association européenne sont jetées.
La première rencontre a lieu à Avignon avec les partenaires italiens et très rapidement ont été invités les partenaires luxembourgeois.
L’Assemblée constitutive de MèTIS a lieu en 2005 avec des statuts déposés en Belgique pour qu’ils soient internationaux, et MèTIS a présenté une assemblée constituante avec des représentants luxembourgeois, italiens, français et belges.


 
Les objectifs de MèTIS, lobbying et représentation nationales et européennes pour les  actions menées en faveur des jeunes avec des troubles psychologiques susceptibles d’hypothéquer l’insertion sociale et professionnelle de ces jeunes.
 
La vocation de MèTIS est de regrouper les associations nationales qui gèrent dans leurs territoires la question de la prise en charge des enfants et adolescents avec troubles psychologiques qui hypothèquent la formation et l’intégration sociale et professionnelle.
L’objet de l’association est de faire du lobbying au niveau européen car dans le secteur du handicap des directives importantes sont prises à des niveaux européens avec des impératifs pour les nations constituantes et il était indispensable d’avoir un relais européen d’où la naissance de MèTIS.
Cette association européenne MèTIS, nous aide, dans les territoires respectifs, à soutenir des actions qui sont propres dans ses territoires aux associations partenaires. La présence d’une asbl européenne qui a des activités organisées au niveau européen a une reconnaissance dans les territoires nationaux. Quand les associations nationales s’adressent à leurs pouvoirs nationaux elles le font aussi avec l’appui de l’association européenne. Elles sont aidées dans les rapports que MèTIS et elles-mêmes souhaiteraient établir avec l’Europe mais aussi dans les territoires nationaux.
MèTIS met en œuvre tout ce qu’elle peut au niveau de la reconnaissance européenne en tant que représentant des personnels qui assurent les missions d’accompagnant et des familles qui sont sous représentées dans la défense des intérêts et des besoins de leurs enfants. Les familles, bien souvent défavorisées, de ces enfants avec des problématiques psychologiques handicapantes, ont des difficultés à se regrouper en association. Ce qui n’est pas du tout le cas dans d’autres secteurs du handicap. Par exemple, pour l’autisme ou les troubles moteurs ou IMC, les lobbying sont très forts du côté des parents, parce que les familles qui ont un enfant avec un handicap physique ou mental sont issues de toutes les classes sociales. Donc il y a des familles avec des ressources, des familles avec des moyens culturels et intellectuels qui permettent de faire vivre de l’associatif. C’est moins le cas dans le cadre de MèTIS qui se fait un devoir d’être le défenseur des familles et des jeunes qui sont dans ces difficultés.


 
Rencontres, réunions, stages : MèTIS est sur tous les fronts
 
Concrètement, les association partenaires de MèTIS se réunissent plusieurs fois par an en Assemblée Générale et en Conseil d’Administration avons élargi récemment aux Canadiens et aux Suisses.
Les associations qui étaient des associations de personnes morales acceptent, depuis une réforme récente, les personnes physiques venant des territoires européens. C’est comme ça qu’a pu être intégré le partenaire suisse dans notre association.
Il existe aussi une pratique d’échanges d’expériences, MèTIS a organisé des stages européens à Bologne et à Rennes en Bretagne. Ce sont des stages qui rassemblent des praticiens des pays concernés pour des échanges de pratiques à partir desquels ont été élaborés quelques écrits que l’on peut retrouver sur le site Internet.
En 2010, l’association a organisé une journée européenne à Luxembourg qui a permis d’avoir des échanges de pratiques avec des représentants des différents pays car le Luxembourg était en pleine réforme ministérielle sur la prise en charge du secteur des enfants en difficulté. L’association avait invité des représentants du gouvernement de Luxembourg à cette manifestation et a pu manifester son soutien à cette réforme sur la prise en charge.
Depuis l’ASBL poursuit ses travaux, avec pour ambition d’obtenir un jour des subventions européennes.
 
Les rencontres servent à savoir comment faire évoluer les choses dans des cultures nationales différentes ; par exemple, la manière d’aborder l’humain est très différente en France et en Belgique. En Belgique, les parents se sentent associés aux équipes des institutions, en France elles ont le sentiment que les procédures d’accès aux ITEP se font au-dessus de leurs têtes. Ces différences culturelles nationales ne facilitent pas les débats entre les partenaires des différents pays mais cela posent de très bonnes questions qu’il faut aborder pour en discuter.

 
 
Une ambition européenne aux moyens limités
 
Les réunions ont lieu avec une fréquence sur Bruxelles plus importante car plus c’est un lieu pratique, avec une facilité d’accès et également une dimension symbolique. La Maison des régions (Bretagne) met à disposition une salle de réunion gratuitement et c’est peut-être plus facile dans des conditions financières avantageuses, de prendre un train ou un avion pour Bruxelles. Il y a aussi beaucoup de réunions à Paris.
 
Aujourd’hui l’ASBL fonctionne sur la base de cotisations qui en fait une organisation avec des moyens financiers très légers.
Une première expérience d’organisation de stages avec des fonds européens s’est révélée très compliquée et avec des conditions qui le travail.
Tous les membres de MèTIS sont des bénévoles et cette activité MèTIS est portée de façon bénévole, les membres doivent se déplacer, partout en Europe, cela coûte de l’argent et du temps qui est pris sur le temps libre des partenaires. Il n’y a pas de personnel rémunéré ou attitré par l’association MèTIS. L’objectif aujourd’hui est d’avancer dans la quête de subvention.


 
De nombreux obstacles, mais une vraie détermination
 
En France, la subvention de ces services est à charge de la Sécurité Sociale et relève du secteur du handicap. En Belgique, c’est la même chose, les établissements sont pris en charge et contrôlés par une administration en charge de la question du handicap. Au Luxembourg, on est dans le cadre des politiques de la famille, et en Italie, ce sont des politiques régionales mises en œuvre par des coopératives sociales. En Suisse, c’est une solution mixte, un peu comme au Luxembourg, avec des politiques d’aide à la jeunesse et de protection de l’enfance et des politiques de l’enseignement différencié etc.
Donc les mêmes populations avec des problématiques identiques se trouvent dans ces pays avec des organisations gouvernementales ou ministérielles différentes pour répondre à leurs besoins. On ne peut donc pas faire des copier-coller. Mais il y a quand même une proximité importante entre la France et la Belgique avec la particularité que la Belgique accueille beaucoup de personnes françaises en situation de handicap.
 
Il n’y a pas de compétence ou de commissaire européen dans laquelle l’association MèTIS puisse s’inscrire ou auquel elle peut s’adresser. L’ASBL a rencontré à plusieurs reprises différents managers européens qui travaillent pour différents commissaires et c’est quand même un peu un « no man’s land » dans ce secteur d’adolescents avec des troubles du comportement. C’est assez difficile ; chaque commissaire nous renvoie à son voisin, parce que l’association touche à plusieurs champs, par exemple avec les ITEP français qui gèrent aussi bien de l’enseignement, que du soin ou que de l’éducatif. Et donc si on remonte de l’autorité nationale vers l’Europe, il n’y a pas de correspondance directe ; on est toujours dans du mixte. C’est une des raisons pour lesquelles l’association est en difficulté pour collaborer avec les instances européennes, il n’y a pas un commissaire qui puisse plancher sur le sujet en disant « c’est un bon sujet, on va vous aider », il renvoie vers d’autres commissaires.
 
Et il y a aussi un débat qui existe à l’interne de l’association et dans les associations nationales qui concerne les troubles psychiques qui ont des conséquences handicapantes. Certes ces troubles sont handicapants sur le plan de l’insertion socioprofessionnelle et l’avenir de ces enfants est hypothéqué, mais est-ce vraiment un handicap ? Est-ce qu’on reconnaît au niveau national le handicap psychique ? Est-ce que quand on parle d’handicap psychique, on est juste ? Et puis il y a aussi le point de vue de l’utilisateur, le jeune, sa famille, comment supportent-t-ils que l’on parle de lui comme appartenant au secteur du handicap ?
 
Donc il y a des obstacles majeurs du côté des familles, du côté des parents, du côté des pouvoirs nationaux, etc. Le public dont s’occupent les associations partenaires de MèTIS est souvent appelé de façon abusive « patate chaude » ou incasable. Et en tant qu’initiateur de réponse, MèTIS vit symétriquement la même situation d’ « incasabilité » par rapport à l’Europe et par rapport aux pouvoirs nationaux. Alors il y a des débats entre les partenaires, parce que les uns disent « dans notre pays on a plus d’avantages à rester dans le secteur du handicap ». Et les autres disent « certes il y a des avantages, mais nous le contestons parce que il ne s’agit peut-être pas d’un handicap et que cela exclu les enfants ». Il y a derrière cela un débat qui touche à l’éthique et qui n’est pas facile. MèTIS l’aborde courageusement et même s’il y a des désaccords, les associations s’aiment bien.
Langue d'origine : Français
pinto ANNE
08/03/2013 13:47
Bonjour, j'ai fais une formation en thérapie par le théâtre, et autres art thérapie, cherchez vous des personnes pour vos projets.merci de répondre
anne pinto
Michèle Bordas
11/03/2013 09:49
Je souhaite adhérer avec mon établissement, à l'association. Comment faire? M.Bordas
L'équipe Handiplanet
12/03/2013 15:19
Bonjour Mme Bordas,
Nous allons faire part de votre commentaire à l'association MèTIS Europe.
Vous pouvez par ailleurs les contacter directement (coordonnées sur le bloc "Pour aller plus loin" sur la colonne de droite de cette page).

Cordialement
L'équipe Handiplanet
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 15 - 5 = ?
Votre réponse: