Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil La Chalouette Le SEEAD met à disposition des familles et des établissements son expertise pour évaluer les personnes susceptibles d’avoir des troubles du spectre autistique, France
Pour aller plus loin
La Chalouette
  • 78.bis rue de Valorge 91220 Bretigny sur Orge France
  • +33 01 69 88 43 60
  • chalouette.autisme@nullwanadoo.fr
  • Marie Claire Caffiaux
  • mc.caffiaux@nulllive.fr


Le SEEAD met à disposition des familles et des établissements son expertise pour évaluer les personnes susceptibles d’avoir des troubles du spectre autistique, France

  • Enfance : Jeunesse
  • Europe : Albanie
  • Fiche d'expérience

Par Marie Claire Caffiaux le 01/10/2015

Service Expérimental d' Evaluation et d'Accompagnement à Domicile pour personnes avec autisme: les différentes évaluations vont permettre une meilleure compréhension du fonctionnement de la personne et une appréciation de sa situation personnelle et familiale. Le SEEAD préconise ensuite des orientations adaptées au profil des personnes.


1.    Le contexte

- Où se situe votre service? De quels locaux disposez-vous ?
Le service se situe à Saint Michel sur Orge en Essonne, près de Paris. Nous sommes au rez de chaussée d’un bâtiment de 3 étages. Nos locaux comportent 3 bureaux, une salle de réunion, et une salle d’attente.

- Le SEEAD est un service de la Chalouette, pouvez vous dire un mot sur le projet de l’association ?
La Chalouette est un établissement situé à Brétigny sur orge. Elle accueille des personnes autistes en MAS et Foyer de vie, en internat. Le service du SEEAD a été créé principalement sur la demande de l’ARS. Il a pour mission d’effectuer une évaluation globale de la situation personnelle, familiale, sociale et éducative. Un accompagnement spécifique et individuel de la personne et de sa famille est proposé par notre équipe pluridisciplinaire

- Quel type de public touchez-vous avec le SEEAD ?
Le service s’adresse à des adultes et adolescents âgées de 14 ans minimum qui se trouve en difficulté ou en situation d’exclusion institutionnelle, présentant un TSA (troubles du spectre autistique). Les personnes peuvent être à domicile ou en milieu institutionnel.
Nous sommes contactés soit par les familles directement, soit par une assistante sociale du secteur, soit par les établissements.

- D’une manière globale, quelles sont les interventions proposées par le SEEAD ?
L’accompagnement individuel de la personne avec autisme a pour objectif d’amorcer des processus de changement visant à l’amélioration de son état en proposant une prise en charge éducative individuelle, spécifique.

2. La finalité du service

- A quelle demande souhaitiez-vous répondre en créant ce service d’évaluation?
La demande est venue de la DDASS (à l’époque) suite à une étude qui révélait qu’une fois arrivé à l’âge adulte les prises en charge en institution était difficiles et que la qualité des parcours dépendait de la possibilité de mettre en œuvre des projets personnalisés évolutif grâce à une offre diversifiée de proximité. L’objectif était aussi d’assouplir les contraintes administratives et financières pour faciliter la réalisation d’un dispositif sur mesure.
- L’attente venait-elle également des familles, des établissements, de la MDPH – maison des personnes handicapées-, …?
Au départ, la demande venait de l’ARS, de la MDPH. Au fur et à mesure la demande vient effectivement des familles, des institutions, des Assistantes Sociales de secteur.
- Quel est votre objectif lorsque vous évaluez le degré de troubles que présente la personne ?
Nous ne posons pas un diagnostic, mais les différentes évaluations vont permettre une meilleure compréhension du fonctionnement de la personne et une appréciation de sa situation personnelle et familiale. Le SEEAD préconise ensuite des orientations adaptées au profil des personnes.

3. La mise en œuvre, le fonctionnement du service

- Quand avez-vous commencé à proposer votre expertise ?
Le service a été créé 2011. Mais il a fallu attendre 2012 pour commencer à être connu et reconnu.
- Comment se passe l’évaluation ? Où se passe-t-elle ?
Les évaluations se font généralement sur des lundis après-midi. Durant 1h les parents rencontre la psychologue systémicienne, puis l’entretien se poursuit avec l’assistante sociale durant 1 h environ. Pendant ce temps (soit 2h) la psychologue clinicienne évalue le jeune. Puis l’éducatrice spécialisée se rend au domicile et / ou en institution pour 2 fois deux heures.
Les évaluations se déroulent généralement au SEEAD mais l’assistante sociale, la psychologue systémicienne ainsi que l’infirmière peuvent être amené à se rendre au domicile.

- Quelles sont les différentes étapes avant que la personne, la famille ou l’équipe ne reçoive votre évaluation ? Sur combien de temps se déroule le processus ?
Il faut que ce soit les familles qui nous contactent, généralement par téléphone. Puis un rendez vous est pris avec le médecin psychiatre et l’infirmière. Dans un second temps la famille rencontre la direction (directrice adjointe et chef de service). Puis nous programmons les évaluations. Il faut compter entre 3 à 6 mois entre le premier rdv et la remise des évaluations aux familles.
- Sous quelle forme délivrez-vous votre rapport ?
- Chaque personne qui évalue fait un écrit. Puis nous faisons un dossier d’évaluation général que nous remettons aux parents. C’est ce dossier qui est envoyé aux différentes structures avec l’accord des familles.

4. Les moyens dont dispose le service

- Sur le plan humain : Qui procède à ces évaluations ? Qui est présent lors de l’évaluation ?
Quelle formation spécifique est nécessaire, ou l’avez-vous suivi ?
Le service est doté d’une équipe pluridisciplinaire. Les professionnels sont diplômés dans leur domaine d’intervention, spécialisée dans les troubles du spectre autistique.
Psychologue clinicien : elle utilise des tests standardisés (AAPEP, EFI, VINELAND etc).
Psychologue d’analyse des pratiques et superviseur.
Educatrices spécialisées formées aux méthodes de la pédagogie structurée.
Assistante sociale formée aux droits des personnes handicapées.
Infirmière coordonnant les soins, les hospitalisations
Médecin psychiatre.
- sur le plan financier : comment sont rémunérées ces interventions, qui les prend en charge sur le plan financier ?
Pour bénéficier des évaluations il faut absolument avoir la notification MDPH orientation
SEEAD. Aucun financement n’est demandé aux parents.
- sur le plan méthodique : de quelle méthode vous inspirez vous ?
Pour les tests psychologiques nous utilisons les tests standardisés. Pour les autres évaluations se sont des tests fabriqués au sein du SEEAD avec les connaissances de chacun dans leur domaine spécifique.

5. Quelle évaluation faites-vous aujourd’hui ?

- Ces évaluations répondent-elles à la demande et aux objectifs que vous aviez au départ ?
Oui, sauf qu’aujourd’hui on s’aperçoit que la prise en charge après les évaluations est beaucoup plus longue que celle prévue au départ (entre 3 et 6 mois, actuellement certaines sont depuis 2 ans dans le service)
- Ont-elles permis de meilleures orientations, un accompagnement plus adaptée, une modification des attitudes et des comportements de l’entourage?

Oui car nous savons très bien qu’il est plus facile quand on envoi des dossiers de candidatures cela semble plus facile quand c’est fait d’institution à institution. Cela à permis aux familles de mieux comprendre le handicap de leur enfant.
- Quelles sont les satisfactions : pour les personnes bénéficiaires ? Pour l’entourage ?
Les évaluations sont complètes, de ce fait l’orientation préconisé est plus compréhensible pour les familles. Le travail effectué par l’éducatrice spécialisée aide les parents à mettre eux aussi en place différentes stratégie pour faire avancer leur enfant.
- Quelles difficultés avez-vous rencontrées ? Quelles sont les limites de ces évaluations? Quels enseignements en tirez-vous ?
La difficulté à laquelle nous sommes confrontés actuellement est le manque de place en structure surtout pour des jeunes entre 14 et 18 ans, ce qui est la majorité des personnes que l’on évalue.
- Quelle évolution vous semble souhaitable dans cette démarche évaluative?
Que nous puissions faire des évaluations pour plus jeunes (nous avons des demandes) et qu’il y ait des appels à projet pour les 14/ 18 ans.
- Quels conseils pourriez-vous donner à un autre membre de Handiplanet qui lirait votre fiche et souhaiterait s’inspirer de votre action dans un contexte similaire ?
De commencer plus jeune, de bien se faire connaitre au départ et surtout de bien prendre des professionnelles formés à l’handicap spécifique.
 

Propos recueillis en septembre 2015 auprès de Mme Marie Claire Caffiaux, chef de service du SEEAD.

Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 50 - 30 = ?
Votre réponse: